______ORADOUR-SUR-GLANE____

LA HERIDA ABIERTA.

Imagen: B.N. Paris.

Oradour-Sur-Glane, la ciudad desolada donde el tiempo se ha detenido; donde el paisaje parece haberse congelado pasando del blanco y negro de 1944 al color de un día como hoy, casi setenta años después de la tragedia, abatida, condenada a no olvidar, a no poder borrar de la retina de su historia el día en que todos los infiernos se lanzaron contra sus calles, derribando sus casas y aniquilando a sus gentes. Oradour-Sur-Glane, ciudad mártir, donde los franceses -y el resto de los aliados- pudieron comprobar de cerca los bárbaros métodos utilizados por los soldados alemanes, los mismos que habían puesto en práctica en el Este, cuando éstos invadieron la Unión de Repúblicas Socialistas, Ucrania, Bielorrusia, Letonia..., dejando a su paso un rastro de sangre y fuego que no han podido borrar ni apagar los setenta años transcurridos. Ni tan siquiera la lluvia fiel que acude cada año para bañar las grietas de los muros derruidos, ha podido aliviar el dolor que contienen. Heridas abiertas en una ciudad elegida para, en su dolor y tragedia, contener la imagen terrible del alma humana, pero también, para marcar el camino de la paz, la reconciliación y la esperanza.
Oradour-sur-Glaine, pequeña torre de Babel donde sufrieron el tormento y la muerte gentes dispares, reunidas por el azar y la necesidad, perseguidos y refugiados, víctimas de la guerra que asolaba Europa: Loreneses, alsacianos, españoles, judíos franceses, polacos, húngaros, alemanes. Oradour-sur-Glaine, en otro tiempo lugar de acogida y de reposo, vería el 10 de junio de 1944 sus calles teñidas de sangre y el aire enrarecido, cargado de humo y cenizas. Oradour, altar de sufrimiento, oratorio perpetuo, lugar donde reposan los huesos de los inocentes, de los niños, de los hombres y de las mujeres, víctimas de todas las guerras, mártires, objetivo de los sentimientos más oscuros del alma humana.


Foto:
Diario Midi Libre ( Viernes 9 Enero de 1953)
Ejemplar de Bibliteca de la Deportación.


La muerte los cogió por sorpresa, iba vestida de gris claro, calavera en la gorra, águila en el brazo y las siglas "Das Reich" en la bocamanga. Aquel día fueron arrebatadas 642 almas (190 hombres, 245 mujeres y 207 niños). Los hombres son fusilados en los lugares de reunión, mientras que las mujeres y los niños son encerrados en la iglesia, donde se les prende fuego. La muerte dispara al azar, asesina en las calles y en las casas, masacra, incendia, elimina todo rastro de supervivencia. Pero siempre hay un superviviente, un testigo, un heraldo portador de noticias, el contrapunto del mal, la semilla que hará resurgir la memoria de los que se han marchado y que sentará las bases de la verdad y del recuerdo. El 4 de septiembre de 2013, uno de esos supervivientes, junto al presidente francés François Hollande y su homólogo alemán Joachim Gauck, visitaron Oradour con la intención de cerrar las heridas y rendir homenaje a las víctimas. Pasados 69 años de la tragedia, nadie olvida que hay un vacío de justicia que incomoda a todo el mundo. La memoria de las víctimas y el sufrimiento de los supervivientes nunca se vio recompensado. Una amnistía liberó a los 21 acusados de la matanza, tras haber sido condenados a duras penas por el tribunal militar de Burdeos, en 1953. Los 14 alsacianos acusados, y que fueron obligados a  incorporarse a la "Das Reich" tras la anexión de Alsacia, siguen luchando para que el incómodo papel de verdugo que se les ha asignado hasta la fecha, les sea cambiado por el de víctima. La propia Oradour no olvida el "abandono" sufrido por el Estado, tras dicha amnistía de 1953. Heridas abiertas que tardarán en cicatrizar. Heridas abiertas que tal vez no sea conveniente cerrar, no por que uno no quiera que ambos países caminen juntos de la mano para construir un futuro de paz, fraternidad y estrecha colaboración, sino por que no conviene olvidar el pasado con un simple apretón de manos. Se hace patente, una vez más, la necesidad de conservar dichas ruinas de manera intacta. Porque esta Pompeya del siglo XX, estas ruinas dolientes, encierran más allá de unos edificios y unos vehículos golpeados por la destrucción del ser humano y del inexorable paso del tiempo, una lección moral, una lección moral sobre la maldad humana y sus consecuencias. Estas ruinas del pasado conservan el poder de servir de antídoto a las generaciones futuras. Su conservación y la difusión de su enseñanza es obligación de todos.


Plano de Oradour-sur-Glane


Españoles en Oradour

En unas declaraciones realizadas por M. Raymond Proust, alcalde de la ciudad de Rochechouart en esta época, afirma: "On été blessés successivement Mme. Duchambon, jeune, qui passait à bicyclette sur la route, et une réfugiée espagnole, ma bonne, qui se rendait à Babaudus". (Fueron heridas de manera sucesiva Mme Duchambon, joven, que iba en bicicleta por la carretera, y una refugiada española, querida, que iba a Babaudus)
A raiz de la derrota republicana, fueron muchos los españoles que cruzaron la frontera francesa en busca de asilo. Es así, que la comunidad española aumentó, sobre todo en el sur de Francia, gracias a las familias que allí se instalaron. Muchos de estos españoles formaban parte de los GTE (Grupo de Trabajadores Extranjeros), que prestaban sus servicios en labores del campo o en las ciudades. Asi, en el caso de Oradour-sur-Glane, hermoso y tranquilo pueblo cercano a Limoges, la colectivo español era el más numerosos de entre los extranjeros.
Entre la lista de personas cuyos cuerpos fueron identificados se encuentran en torno a 25 españoles. Estos recibieron el homenaje del Gobierno de la República en el exilio, colocando una placa en su memoria en 1945. Sin embargo, olvidados durante mucho tiempo, en ningún momento han recibido el reconocimiento de las autoridades españolas democráticas actuales. Tal vez ahora, cuando van a cumplirse 70 años de la tragedia, España decida rendir cuentas con su pasado, y sumarse públicamente al recuerdo y homenaje de sus hijos caídos en tan funesto acontecimiento. Desde Biblioteca de la Deportación queremos sumarnos al recuerdo de las víctimas españolas de Oradour-sur-Glane e impulsar el reconocimiento que se merecen por parte de las autoridades españolas.


El Gobierno de la República en el Exilio homenajeó a las víctimas españolas con una placa en 1945.
El Gobierno de la República en el Exilio homenajeó
 a las víctimas españolas con una placa en 1945.
Foto: Foro por la Memoria de Guadalajara.

Lista de españoles fallecidos:

Familia Gil Espinosa (originarios de Alcañiz)
Francisco Gil Egea (50 años)
Francisca Espinosa (49 años)
Carmen Espinosa Juanos (30 años)
Francisca Gil Espinosa (14 años)
Pilar Gil Espinosa (14 años)

Familia Lorente Pardo (procedentes de Barcelona)
Antonia Pardo. Murciana (29 años)
Nuria Lorente Pardo (9 años)
Francisco Lorente Pardo (11 años)

Emilia Masachs (11 años)
Angelina Masachs (8 años).
Procedentes de Sabadell. Huérfanas al cuidado de las otras familias españolas.

Familia Serrano Pardo.
José Serrano robles (29 años). Maestro de escuela.
Maria Pardo.
Armonía Serrano Pardo (3 años). Nacida en Francia el 04/06/1941)
Esther Serrano Pardo (1 año)
Paquita Serrano Pardo (1 año)

Familia Téllez Domínguez (procedente de Barcelona)
Domingo Téllez (45 años). Originario de Zaragoza.
María Domínguez (31 años)
Miguel Téllez Dominguez (11 años)
Armonía Téllez Dominguez (8 años)
Liberto Téllez Dominguez (2 años). Nacido en Oradour.

Carmen Silva (39 años). Originaria de Bilbao. Casada con Robert Pinede (francés)


Parte de la placa que contiene los nombres españoles


 
Links de interés:

Aragoneses: exilio, resistencia y deportación.


Bibliografía.


Dans l'enfer d'Oradour.
Le plus monstrueux crime de la guerre.

Pierre Poitevin. Ed. Éditions du Chardon. Sin Isbn. Año: 1945. 220 pág. Francés.


"Das Reich", La.
2e SS Panzer Division.
Des Pyrénées au front de Normandie,
par la Dordogne, Tulle, Oradour, Argenton...
et tous les autres lieux martyrs.
(Février--Août 1944).

Guy Penaud. Ed. Éditions La Lauze. Préface Yves Guéna. Introduction Roger Ranoux. Isbn:978-2-912032-76-8. Año de la primera edición: 2005. Año de la presente edición: 2012. 558 pág. Francés.

Tout le monde connaît le tragique massacre d’Oradour-sur-Glane ou l’effroyable épisode des 99 pendus de Tulle, dans lesquels fut impliquée la célèbre division SS « Das Reich ». Mais personne n’avait songé à retracer l’histoire complète de cette unité maudite depuis son arrivée en France en février 1944, du côté de Bordeaux et Toulouse, sa montée du Sud-Ouest vers la Normandie en juin, jusqu’à son départ de France, fin août 1944. C’est chose faite aujourd’hui grâce à cet ouvrage particulièrement bien documenté : outre l’histoire et l’organisation de la division ainsi que le problème des « malgré-nous », sont évoqués pour la première fois tous les faits et lieux martyrs, sans oublier les centaines de victimes qui ont jalonné l’avancée de cette unité vers l’enfer.
(Texto: Contraportada del libro)

Guy Penaud.
Périgordin d’adoption, Guy Penaud est né en 1943 à Pau (Pyrénées atlantiques). Commissaire principal de police honoraire, il est l’auteur depuis une trentaine d’années de nombreux ouvrages historiques, plus particulièrement sur le passé du Périgord et la vie et l’œuvre des Périgordins. Il a publié aux Editions de la Lauze, avec la rigueur du policier qu’il fut et l’objectivité de l’historien qu’il est, Château de Chabans (illustrations de José Correa), 2001, Les Troubadours périgordins (illustrations de Marcel Pajot), 2001, Le Triple crime du château d’Escoire, 2002, Le Grand Livre de Périgueux, 2003, Les crimes de la division " Brehmer ", 2004, La cuisine rustique au temps de Jacquou le Croquant (en collaboration avec José Correa), 2004, La " Das Reich " 2e SS Panzer Division, 2005, Les grandes affaires criminelles du Périgord (en collaboration avec Patrick Salinié), 2005, et L’Esprit des pierres (en collaboration avec José Correa et Michel Testut), 2005. Il est Chevalier de la Légion d’honneur et Chevalier des Arts et Lettres.


France, l'Allemagne et la Seconde Guerre mondiale, La.
Quelles mémoires?.

Stephan Martens (Dir.). Ed. Presses Universitaires de Bordeaux/Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Colección: Crises du XXe siècle. Isbn: 978-2-86781-432-7. Año: 2007. 290 pág. Francés.

Dans un contexte particulier caractérisé par la première participation, en 2004, d'un chancelier fédéral allemand aux commémorations du 60e anniversaire du Débarquement des Alliés en Normandie, et, en 2005, par de multiples commémorations du 60e anniversaire de la fin de la Guerre, des universitaires et chercheurs- historiens, germanistes, politologues et sociologues- spécialistes de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale mènent une réflexion sur les enjeux de la mémoire.
Il s'agit d'examiner les concepts de "devoir" et de "travail" de mémoire qui, logiquement, se déclinent de manière différente selon que l'on se place du point de vue des "victimes" ou du point de vue "allemand". Abordées selon diverses perspectives "franco-allemandes", les analyses se concentrent autour de la question de savoir ce qu'on peut transmettre aux jeunes générations et de quelle manière, en insistant aussi sur la dimension complexe d'un phénomène inépuisable.
À travers les différentes contributions, les auteurs s'interrogent sur la problématique de la dichotomie mémoire/oubli, la place de la mémoire dans la societ´´e, la portée de la mémoire individuelle versus la mémoire collective, l'importance de la mémoire institutionnalisée, tout en accordant une place importante aux témoignages des survivants et aux "lieux de mémoire".

Avec les contributions de Patrick Baudry, Hélène Camarade, Jörg-Dieter Gauger, Edouard Husson, Bernard Lachaise, Stephan Martens, Ahlrich Meyer, Henning Meyer, Nicole Pelletier, Alain Ruiz, Peter Steinbach, Jean-Marie Tixier.
(Texto: Contraportada del libro)

Henning Meyer aborda el apartado dedicado a Oradour-sur-Glaine (pags. 187 a 221).



Grandes énigmes de la Résistance.
Vol. II.
Le drame de Toulon.
Le duel des services spéciaux alliés.
Le calvaire d'Oradour.

Bernard Michel (Presentación). Colaboración: Max Clos, Brigitte Friang, Michel Honorin. Ed. Éditions Amis de l'Histoire. Sin Isbn. Año: 1969. 256 pág. Francés.


 

Joies et douleurs du peuple libéré.
6 juin-1er septembre 1944.

Henri Amouroux. Ed. Robert Laffont. Colección: La grande histoire des Français sous l'occupation. Vol.VIII. Isbn: 2-221-05856-9. Año: 1988. 781 pág. Francés.

Le huitième volume de La grande histoire des Français sous l'occupation ne couvre qu'une période brève; du 6 juin au 1er septembre 1944. Mais que d'événements pendant ces trois mois!
Le débarquement; le soulèvement des maquis, et les grands épisodes de Saint-Marcel, du mont Mouchet, du Vercors; les représailles allemandes qui culminent dans l'horreur à Tulle et à Oradour; l'effondrement du royaume de Vichy et le départ pour l'Allemagne de la Milice ainsi que des collaborateurs les plus engagés; mais aussi la mise en place du pouvoir gaulliste, la libération de Paris par les FFI-FTP et par les troupes de Leclerc; la vie dans ces départements du centre de la France où les communistes avaient acquis une influence contrebalançant celle de De Gaulle; les exécutions sommaires, le débarquement victorieux en Provence des troupes de De Lattre; le martyre de centaienes de villages et de ces villes (Caen, Saint-Lô, Le Havre, Saint-Malo, Lisieux) qui resteront plusieurs semaines sous le feu de l'aviation anglaise et des canons américains- oui, autant d'événements extraordinaires racontés avec rigueur et passion par Henri Amouroux.

(Texto: Contraportada del libro)



Massacre d'Oradour Sur-Glane par les hordes hitlériennes, Le.

Varios Autores. Ed. Front National. Año: Sin Fecha. 16 pág. Francés.



Oradour:
Arrêt sur Mémoire.

Sarah Farmer. Ed. Calmann-Lévy. Colección: Essai histoire. Traducción del inglés al francés: Pierre Guglielmina. Isbn: 2-7021-2316-3. Año: 1994. 285 pág. Francés.

D'Oradour-sur-Glane, nul n'a oublié les femmes et les enfants brûlés vifs dans l'église du village par les SS le 10 juin 1944, ni les hommes mitraillés dans une grange. Cinquante ans après, ces images hantent encore nos mémoires.
Mais d'autres sites, en France, pouvaient prétendre à incarner la barbarie nazie. Pourquoi, quand, comment Oradour est-il devenu le symbole de l'innocence martyrisée, ce lieu que trois cent mille personnes visitent chaque année et dont on préserve soigneusement les ruines comme un objet sacré?. Dans le contexte de l'après-guerre, marqué par l'affrontement entre résistants et collaborateurs, dominé par la figure du général de Gaulle, quelle fonction le choix d'Oradour joua-t-il dans la reconstitution d'une dignité que la politique de Vichy avait sérieusement entamée?. À travers ce récit, c'est l'histoire de l'identité nationale que construit Sarah Farmer dans un livre qui appartient de plein droit aux travaux les plus contemporains sur la mémoire collective.
(Texto: contraportada del libro)




Oradour Sur Glane.
Crimes ennemis en France. Vol.I.
Documents pour servir a l'histoire de la guerre.

Archives du Service de Recherche des Crimes de Guerre Ennemis. Ed. Office Français d'Édition. Año: 1945. 148 pág. Francés.

Tous ces documents sont conservés aux Archives du Service de Recherche des Crimes de Guerre ennemis, au Ministère de la Justice.
Le dossier d'Oradour comprend, en outre, un certain nombre de notes ou de fiches de renseignements d'un moindre intérêt, qui ne peuvent être considérées comme des pièces de base et dont le classement n'est pas encore arrêté. D'ailleurs, des renseignements nouveaux arrivent encore de temps à autre et le dossier d' Oradour reste ouvert. La listre présentée ci-dessus n'est donc pas définitive, mais il est peu vraisemblable que des points importants puissent être maintenant remis en question.
La documentation photographique et les pièces à conviction sont déposées aux Archives du Service des Crimes de Guerre ennemis, au Ministère de l'Information. Mais la principale des pièces à conviction reste, bien entendu, le village même. La conservation des ruines est assurée par les soins du "Comité du Souvenir", créé à Oradour-sur-Glane en octobre 1944.
(Texto: Introducción del libro)




Oradour-sur-Glane.
Notre village assassiné.

André Desourteaux & Robert Hébras. Ed. Les Chemins de la Mémoire, Éditeur. nº 1. Colección dirigida por Jacques Sigot. Isbn: 2-84702-000-4. Año: 2001. 222 pág. Francés.

Pour les milliers de visiteurs qui découvrent ses ruines, Oradour-sur-Glane restera l'image figée de la mort, de l'horreur absolue des guerres, quand l'homme s'abandonne sans remords à la sauvagerie de sa haine. Pour Robert Hébras et André Desourteaux, qui ont perdu dans ce drame quasiment tous les leurs, Oradour-sur-Glane veut malgré tout rester le village vivant de leur enfance et de leur adolescence. Dans ces pages, Robert Hébras, rescapé du massacre, retrouve les visages familiers, les souvenirs les plus intimes, les soucis de chaque jour et les fêtes d'un temps perdu à jamais, et retrace, heure par heure, minute par minute, cette journée du 10 juin 1944 qui a fait basculer dans l'éternité tragique ce paisible village limousin.
Tous deux essaient de comprendre, enfin, ce qui s'est passe, et le pourquoi de ces 644 victimes dont les bourreaux ne furent jamais punis.
(Texto: Contraportada del libro)


Oradour-sur-Glane
Souviens-Toi/Remember.

Varios autores. Sin Isbn. Año: Sin Fecha. Formato: 31 X 23. 24 pág. Francés.




Oradour-sur-Glane.
Vision d'épouvante.

Guy Pauchou (Sous-préfet de Rochechouart)/Dr. Pierre Masfrand (Conservateur des ruines d'Oradour-sur--Glane). Ouvrage officiel du Comité de Souvenir et de l'Association Nationale des Familles des Martyrs d'Oradour-sur-Glane. Ed. Charles-Lavauzelle & Cie. Año: 1978. 190 pág. Francés.

Le Governement, ayant décidé de porter à la connaissance du grand public de France et de l'étranger la stricte vérité sur les atrocités dont Oradour-sur-Glane a été le théâtre, le 10 juin 1944, a retenu cet ouvrage pour la composition de celui que prépare le "Service des crimes de guerre". Nos travaux ont servi de base pour cette publication qui en a reproduit les chapitres essentiels.
Nous avons pensé qu'il y avait intérêt à éditer notre oeuvre intégralement afin de faire connaître toute notre documentation et toute notre pensée.
Nous avons, en effet, approché de trop près les rescapés de l'affreuse tuerie et les malhereux parents des martyrs d'Oradour; nous nous sommes penchés sur trop de misères nées au cours de cette tragique journée; nous avons reçu trop de dramatiques déclarations et assuré la conservation de trop d'objets émouvants s'y rapportant, pour manquer au devoir de produire tout ce que nous avons appris.
Nous n'avons tenu compte, au cours de cette composition, que de la seule vérité historique. Nous avons présenté les faits aussi objectivement que possible et dans leur ordre chronologique.
Tous les témoignages évoqués dans ce livre ont été recueillis par nous et sont signés de leurs auteurs. Ils sont déposés au Ministère de la Justice (Service des crimes de guerre), où ils peuvent être consultés le cas échéant.
(Texto: de los autores en el 2Avis aux lecteurs").


Oradour, Tulle:
Tueries des SS.
Les Années 40. 
La vie des Français de l'Occupation a la Liberation, nº 66

Varios autores. Ed. Tallandier/Hachette. Hebdomedaire paraissant le mercredi. Año: 1980. 29 pág. Francés.

En este número de la revista "Les années 40. La vie des Français de l'Occupation a la Liberation", podemos encontrar los artículos siguientes referidos a Oradour.

1.- Un village entré dans l'Histoire. Jacques Delarue.
2.- La tragédie de Tulle. Rémy.
3.- "Das Reich". Philippe Masson.



Procès de Bordeaux, Le.
Les Malgré-Nous et le drame d'Oradour.

Jean-Laurent Vonau. Ed. Éditions du Rhin. Prefacio: André Bord. Isbn: 2-7165-0588-8. Año: 2003. 256 pág. Francés.

Fallait-il interner ainsi ce procès?. Devait-on provoquer le déchirement de la France? Ne s'agissait-il pas d'une bombe à retardement laissée par le nazisme qui touchait le pays huit ans après le massacre, et qu'il aurait mieux valu désamorcer au lieu de la faire exploser?
Le 12 janvier 1953, s'ouvrait à Bordeaux le procès dit <d'Oradoursur-Glane>- ce village martyr du Limousin dont les habitants furent exécutés par des troupes SS en juin 1944. Sur le banc des accusés, aucun donneur d'ordre de l'affreux massacre, mais de simples exécutants- parmi eux treize incorporés de dorce franáis d'Alsace, dont une majorité n'avait pas tiré un coup de feu et était âgée, à l'époque des faits, de moins de dix-huit ans.
Le juriste Jean-Laurent Vonau, ayant puisé aux meilleures sources, pour beaucoup inédites, restitue avec rigueur l'histoire de ce procès imposible. Entre le Limousin criant vengeance, ignorant le drame de l'incorporation de forcé, et l'Alsace ayant le sentiment d'être, une nouvelle fois, livrée à elle-même, la justice eut bien du mal à se frayer un chenin.
(Texto: Contraportada del libro)


 

No hay comentarios:

Publicar un comentario